BASE NUMÉRIQUE
DES CONSENTEMENTS

A quoi sert-elle ?

A informer et à accompagner les consommateurs dans leurs nouveaux droits suite à la nouvelle législation européenne qui devra être respectée par les marques dès le 25 mai 2018.

Redonner le pouvoir aux consommateurs. C’est la démarche entamée depuis trois ans par B&C Technologies. Forte d’une expertise de plus de vingt ans dans la gestion des bases de données personnelles pour le compte de grandes marques françaises, la société a amorcé un virage en 2014 avec l’arrivée de sa nouvelle direction.

L'objectif de Brand & Consumer Technologies : L'Ethic Data

Depuis toujours, le fondement du commerce, quel que soit le type de produits concernés, est la confiance que le consommateur porte à la marque. Celui-ci est d’autant plus enclin à assumer le choix du produit, que sa confiance est avérée.
Cette confiance entre marque et client est traditionnellement basée sur la qualité éprouvée du produit, le sérieux de fabrication, la spécificité du savoir-faire, la référence aux matières premières utilisées, ainsi qu’une communication transparente sur l’ensemble de ces paramètres.

La confiance se construit aussi via le relationnel que la marque parvient à établir avec ses clients. La qualité de ce relationnel dépend quant à elle, de l’écoute, de la réactivité et de la sincérité de la marque. Elle est un des piliers de la confiance que les clients accordent à la marque.

A l’heure où l’utilisation des données personnelles est parfois abusive de la part de la marque, elle provoque alors inévitablement la défiance du client. Ce qui est dommageable à la marque, elle qui met tant de moyens à construire une belle relation avec ses clients.

Nous, consommateurs, pensons que l’objectif premier de la marque doit être la satisfaction de ses clients. Pour les satisfaire, elle doit bien les servir, et pour bien les servir, elle doit bien les connaître.

Si un hors-sujet à un examen peut coûter cher, cette même propension de la marque à vouloir trop connaître son client, sans que cela ne lui permette de mieux le servir, constitue un hors-sujet qui contribue à abîmer l’image de la marque : toutes les données personnelles ne sont, en effet, pas nécessaires à la marque pour mieux satisfaire son client.

Il faut des années pour construire l’image et la réputation d’une marque, mais il suffit de quelques clics pour les abîmer, au point de les déprécier. Dans un univers digital dans lequel les objets connectés ont tous pouvoirs, et qui poussent à l’hyperconnexion, il est inévitable de construire le rapport de confiance nécessaire entre la marque et ses clients afin qu’ensemble, ils profitent sereinement des avantages de si belles évolutions technologiques.

Ce rapport de confiance ne pourra s’établir sans chercher à être éthique et à le démontrer.

En tant que consommateur, si j’ai confiance dans l’exploitation de mes données personnelles par la marque, alors je n’ai pas de difficultés à les communiquer, et à en accepter l’utilisation tant que je sais à quoi elles vont servir, quand et pour combien de temps, mais surtout, tant que je suis convaincu que cela ne me portera aucun préjudice. Pour ce faire, seul un rapport éthique à l’exploitation de la donnée personnelle bâtira la confiance nécessaire entre la marque et son consommateur.

L’utilisation des Données à Caractère Personnel était jusqu’à présent hétérogène et parfois abusive, laissant aux marques le pouvoir de dicter leur canal et leur rythme de communication, sans que les consommateurs que nous sommes, ne puissent faire autrement que de les subir.
Rares sont les marques qui ont su résister à la tentation de l’hypercommunication, stimulée par la multiplication des objets connectés, au risque de briser le lien fragile qui les unit à leurs clients.

Ces pratiques dépassent les frontières de l’Hexagone pour concerner l’ensemble des états membres de l’Union européenne. La nécessité d’une nouvelle réglementation, qui assure la protection des consommateurs et qui garantisse la cohérence juridique, est un enjeu européen. C’est dans ce contexte, que le Règlement Général sur la Protection des Données, le R.G.P.D., sera mis en place le 25 mai 2018. Il représente une véritable révolution pour l’ensemble des acteurs concernés du marché de la donnée.

Apprenez-en plus sur basenumeriquedesconsentements.com